“Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants”

Ancien coureur cycliste, Erwann MENTHÉOUR est un écrivain et journaliste spécialiste de la forme et du bien-être. Très engagé, il pointe du doigt les idées reçues en matière d’alimentation, de sport et de santé à travers ses livres. Dans “Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants” (Pocket Evolution) il explique qu’on vit dans un environnement toxique dramatique pour la santé de nos enfants.

Le constat est clair : ce que nous vivons dans notre enfance aura une incidence non seulement sur nos propres enfants, mais sur les enfants de nos enfants et sur les générations suivantes.

L’alimentation est pour l’auteur la première discipline qui devrait être apprise aux enfants pour leur permettre de se composer un fond nutritionnel solide et sain. Mais il ne s’arrête pas là : il pointe également du doigt la « ludocratie » (jeux digitaux) fait peser sur la jeunesse un risque majeur, car elle dévore les corps et les esprits.

Nos gestes construisent le monde, mais nos mots aussi : nous devons donc apprendre à parler et à lire à nos enfants.

« Bien faire manger nos enfants, c’est leur forger un système immunitaire fort. Dans le monde de demain, on aura besoin de héros, alors c’est maintenant qu’il faut travailler pour eux. » 

Erwann Menthéour

Les mauvaises pratiques selon Erwann Menthéour

Il espère une prise de conscience des toxiques auxquels on est exposé et ce qu’il faut en priorité faire comme :

• Limiter la saturation de sucre : sodas, produits transformés, bonbons, plats préparés industriels, céréales industrielles du petit déjeuner.

• Eviter les produits laitiers de vache.

• Bannir les fast-foods.

• Surveiller les additifs alimentaires ; en apprenant à décrypter les étiquettes sur les produits (en même temps, elles ne sont pas là pour faire joli) Merci Yuka

• Le tabac et, pire, le fait de fumer dans la même pièce que nos enfants. 

• L’exposition aux jeux digitaux
Un autre monde est possible è

Les conseils d’Erwann Menthéour pour nos enfants

Ses solutions pragmatiques pour réduire cette exposition constante aux risques ?

• Choisir des produits d’origine biologique, sans pesticides.

• Manger moins de viande

• Privilégier les laits végétaux.

• Varier les sources de calcium: les brocolis, les épinards, la mâche et les crucifères, dans les fruits, les condiments (comme l’ail et l’oignon), et certains poissons (comme les sardines).

• Faire le choix de produits bruts et authentiques.

Mais aussi…
• Faire du sport

• S’épanouir avec des activités manuelles et artistiques.

• passer à la bouiloire en inox, virer les moules en silicone…

Le but : ne pas acheter ce que nous ne voulons pas que nos enfants mangent.

Le plus frappant dans ce livre c’est que les actions positives pour nos enfants ne sont pas compliquées à mettre en place : le problème, c’est qu’on est tellement conditionnés dans le mauvais sens qu’il est dur de briser ce mur d’habitudes et avouons-le, parfois de facilités. Faisons-le pour nos enfants !