W – Two Worlds APART (K-drama)

Si vous aimez les séries pleines de rebondissements, d’action avec une touche de romantisme, je vous conseille W, Two Worlds, une série coréenne de 16 épisodes qui vous en fera voir de toutes les couleurs.

Le Pitch

trailer

Oh Yeon-Joo (Han Hyo Joo) est interne en chirurgie cardiaque, pas forcément parmi les plus douées ou assidues de son service. Son père est un célèbre auteur WebToon. Créateur d’une série de manga à succès « W », l’homme est un peu renfrogné et isolée, depuis son divorce avec la mère de Yeon-Joo. L’un de ses collègues contacte un matin cette dernière : son père a disparu alors qu’il devait rendre le même jour un nouveau chapitre de “W”.

La jeune femme vient au bureau de son père pour en découvrir plus et se retrouve soudainement attirée dans l’univers de la BD. Sur un toit d’un Seoul alternatif, elle tombe sur un homme blessé sérieusement par arme blanche et, son instinct de médecin prenant le dessus, elle sauve l’homme ensanglanté.

Elle découvre alors qu’il s’agit de Kang Chul (Lee Jong Suk), le héros du Webtoon de son père. Quand soudain, les mots “À suivre” apparaissent devant elle, signifiant la fin d’un chapitre et la renvoyant dans sa réalité. Elle se demande ce qu’il vient de se passer, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’un nouveau chapitre de l’histoire s’est écrit tout seul, avec elle, comme nouveau personnage de la BD. Commence alors une folle aventure où elle se retrouve projetée aléatoirement dans la BD et tente de trouver un moyen de revenir chez elle.

Une série originale entre BD et réalité

Franchement, cette série est ultra addictive. J’ai enchainé les 16 épisodes en une semaine. Les acteurs sont vraiment très bons (mention spéciale pour Lee Jong Suk qui fait vraiment passer les émotions x100). Je me demande à chaque fois comment les acteurs coréens arrivent à autant pleurer dans une scène 😉

On retrouve pas mal de codes des K-dramas : la romance impossible, le triangle amoureux, la vengeance… Mais ici l’intrigue va à très vite, avec beaucoup de rebondissements. L’univers du Webtoon etant sur un mode thriller, forcément, à chaque fois que Yeon Joo se retrouve plongée dans l’intrigue, ce n’est jamais de tout repos. Le héros créer par son père semble définitivement né pour en baver, et se retrouve avec un tueur aux trousses. Kang Chul réalise que quelque chose cloche dans sa vie, sans parvenir à l’expliquer. Est-ce que Yeon Joo ne serait pas la clé pour comprendre tout ce qu’il se passe ?

Bien entendu, une histoire commence à naître entre ces deux-là, au grand dam des fans du Webtoon qui préfèreraient nettement rester dans le registre du drama, ce qui ajoute une touche d’humour à la série. Peu à peu, différents personnages comprennent qu’il y a deux mondes, faisant monter d’un cran le suspens et mettant clairement le bazar dans l’histoire.

Petit point romantisme : il y a une vraie alchimie entre les deux acteurs ce qui rend très crédible leurs scènes de baisers.

kiss in jail

Seul regret pour moi : les 8 premiers épisodes m’ont vraiment tenu en haleine, mais ceux d’après sont un peu plus confus. Ce qui m’a tout de même plu c’est la rencontre entre l’auteur et son personnage de BD plutôt bien faite !

Two worlds apart – Saison 1 de 16 épisodes d’1 H à voir sur Netflix. Une seconde saison débarque bientôt.