vagabond #kdrama

Le drama Vagabond (2019) se classe définitivement dans mon top 10 des meilleurs dramas que j’ai vus cette année ! Dans les rôles principaux, on retrouve Lee Seung-Gi et Bae Suzy (que j’avais adoré dans Uncontrollably fond) et qui prouve ici qu’elle sait faire plus que chanter (elle a débuté dans le groupe d’Idol de Kpop MIss A) ou jouer dans des k-romances.

Le pitch

bande annonce Vagabond sous-titres anglais

Le cascadeur Cha Dal-Geon elève seul son neveu depuis que sa sœur l’a abandonné. Alors que ce dernier part pour une démonstration de judo au Maroc, l’avion se crashe, ne laissant aucun survivant. Dévasté, Dal-geon se rend au Maroc, avec les autres familles de victimes pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé et rapatrier les corps. Mais, à l’aéroport, il croise un homme qu’il savait être dans l’avion. Il se lance alors à sa poursuite et tente de comprendre ce qui a pu vraiment se passer. Ce cache vraiment cet accident ? Et surtout, était-ce vraiment un accident ou un acte terroriste ? Aidé par Go Hae-Ri, une jeune agent secret du NIS (services secrets coréens), il décide de mener l’enquête alors que personne autour de lui en croit à sa thèse du complot.

Une série à 100 à l’heure

La série est très dynamique et le background du personnage principla en tant que cascadeur rend très crédible les différentes scènes d’action : combats, courses poursuites, effets spéciaux, etc.

Le réalisateur Yu In SIk (Mrs Cop, Dr Romantic) contribue largement à la qualité de cette superbe série.

On y découvre notamment les dessous du lobbying de l’armement, la pression sur l’armée, voire sur le pouvoir et le gouvernement en place qui ici fait otut pour étouffer l’affaire, malgré la mort de plus de 200 Coréens. C’est très intéressant et questionne sur la vraissemblance de telles pratiques dans la “vraie” vie. Ça fait froid dans le dos !

Elle est aussi très triste et explore en profondeur la psychologie des personnages : le désespoir de Dal-Geon à la mort de son neveu, sa rage de trouver la vérité et de se venger. Mais aussi le manque de confiance de Hae-ri, qui débute dans les services secrets et à tout à prouver, sa difficulté à trouver sa place dans le milieu du renseignement et le fait qu’elle souhaite se montrer à la hauteur de son père, disparu en service de façon héroïque. Malgré cela, elle ne peut s’empêcher d’être touchée par la quête de Dal-Geon et se retrouve embarquée, contre l’avis de ses supérieurs dans l’enquête.

Une belle alchimie entre les personnages

Dal-Geon et Hae-ri forme un duo très complémentaire. Si au début elle tente à tout prix de le freiner pour qu’il revienne à la raison, peu à peu il parvient à la convaincre de l’importance de cette mission qu’il veut mener pour faire éclater la vérité au grand jour. Leur relation évolue beaucoup, d’un épisode à l’autre, sans tomber dans la romance mièvre et c’est TRÈS appréciable. Et puis il y a pas mal de scènes drôles, qui permettent de souffler un peu.

Les personnages secondaires sont également bien fouillés, ce qui donnent du relief à la série.

Vagabond m’a vraiment énormément plu, si ce n’est la fin un peu abrupte qui laisse sur notre faim. Certaines rumeurs avancent que la pandémie a obligé les producteurs à clore rapidement, d’autres annoncent une saison 2 qui expliquerait ce cliffhanger… J’espère que la seconde option s’avérera vraie, même si les saisons 2 pour les dramas coréens sont assez rares !

Vagadond (2019) – 16 épisodes d’1H à voir sur Netflix.

Cette série vous tente ?