Depuis un mois, c’est la fête aux bêtises. Crevette les cumule. Elle se sent même tellement en confiance qu’elle en devient impertinente. On a commencé à être vachement plus fermes qu’avant. A laisser de moins en moins passer. Malheureusement, on n’arrive pas à sortir du cycle infernal des “Si tu fais ça, ben tu seras punie”. Des fois ça marche, des fois ça finit en hurlement : « JE VEUUUUUXXX ». 

Des fois elle se jette sur le lit et se cabre. (je pense tout le temps à l’exorciste…)

Le pire, c’est quand, frustrée, elle essaie de nous taper. C’est hyper rageant pour nous, parce qu’on essaie au maximum de rester calmes, de lui expliquer pourquoi, non elle ne peut pas avoir ça. Que taper, c’est interdit, que c’est notre règle numéro un. Je crois qu’on n’a pas trouvé le mode d’emploi de notre louloute. Et dans ces cas-là, tu as la grosse culpabilité de faire mal.

Pourtant, je lis pleins de trucs d’éducation bienveillante.

Mais le fait est qu’avec l’homme on ne réagit pas pareil. Il me trouve trop laxiste. Je le trouve trop dur. Du coup, on n’arrive pas à être cohérents entre nous. Et forcément, Crevette le voit. Et puis, même s’il ne l’a jamais dit à voix haute, je sens qu’il me tient responsable du comportement de notre fille. 

Et le pompon

Cette semaine, la maîtresse  prend l’homme à part pour lui dire que Crevette n’écoute pas bien en classe. Crevette était un peu mortifiée, mais en même temps, elle se marrait. Ca a été le déclic : on ne laisse plus passer. On ne dit pas “Attention, si tu continues, on va devoir te punir” mais “on punit”. Direct. On va essayer. Je ne suis pas vraiment pour cette façon de procéder, mais je crois que là, elle se sent toute puissante. Que ça la fasse marrer, c’est qu’elle n’a pas compris les limites, qu’on lui a pourtant clairement expliqué. Bref j’ai l’impression d’expliquer encore et encore, dans le vide. De lui dire les choses pourtant fermement. Clairement. 

Si tu as un conseil, je prends !