Avoir 42 ans, des kilos en trop et finalement se rendre compte qu’on est bien dans ses bottes même si on s’aimerait un peu plus… et surtout moins… 

Je ne suis pas du tout dans la mouvance Body positive : je n’aime pas ce corps qui est le mien. Mais c’est mon partenaire de toujours. Je le respecte. Je ne l’accepte pas pour autant. Je n’aime pas ses bourrelets. Je ne me trouve pas belle dans la glace. Même si, en même temps je ne me trouve pas moche. Mais de là à embrasser mon corps avec amour et le clamer haut et fort sur les réseaux sociaux, il y a un pas. Lui et moi, on n’a jamais été copains. Mais aujourd’hui, à 42 ans, je fais la paix avec lui. 

faire la part des choses

Je sais qu’on n’en n’a pas fini malgré tout.  Je sais bien que j’ai en moi tous les outils nécessaires pour le changer. J’ai commencé mille fois des tentatives pour l’améliorer… Mais systématiquement, quand ça marche, je sabote d’une manière ou d’une autre. J’ai testé la thérapie, l’hypnose, toutes sortes de régimes et d’approches diverses et variées… Mais il faut croire que j’ai toujours pas trouver ce qui fait écho en moi et me permet de tenir sur la  longueur. Perdre du poids, c’est facile. Vivre avec la perte et ne pas reprendre c’est tout mon défi.

Il y aurait la solution de “facilité” de me faire opérer, comme plein de copines l’ont fait, grand bien leur fasse, elles sont heureuses aujourd’hui. Mais je ne m’y résouds pas. Je pense que je dois à ce corps qui me porte de me battre pour qu’on s’aime plus. Je ne veux pas compter mes calories, je ne veux pas penser 24/24 à ce que je mange. Je sais néanmoins que pour mon corps, mon partenaire, je dois mieux manger. Plus bouger. Sinon, lui et moi on n’ira pas trop loin.

Je cherche juste à vivre en harmonie avec lui. 

Et toi, c’est quoi ton rapport à ton corps ?