J’avoue tout : jusqu’à ce que je regarde Cheer sur Netflix, je pensais VRAIMENT que les cheerleaders c’était des pom-pom girls avec des pompons, encourageant les équipes au bord du terrain. Point barre. Et ce n’est pas l’image qu’on en voit dans d’auters séries genre RIverdale ou Sabrina qui nous contredirait ! Alors est-ce la réalité ? Oui, mais pas que !

Le cheerleading, c’est ULTRA SPORTIF

Les 6 épisodes montrent comment l’équipe mené par Monica Aldama forme la team des Navarros pour la plus grande compétition nationale de Daytona. Ils doivent faire et refaire les mouvements jusqu’à savoir parfaitement la routine. Et y’a beaucoup de chutes, de blessés… et ils continuent, encore et encore pour être les meilleurs ! Une leçon de vie les gars…

Ici les jeunes viennent de milieux très différents, mais tous mus par une même passion et l’envie d’être au top. Entre rivalités, jalousie on sent aussi fort le lien entre eux : si l’un n’est pas fiable, c’est toute la pyramide qui tombe. Pas le choix: il faut se faire confiance !

Cheers, c’est émouvant

Bon déjà à a base, je suis du genre ultra sensible… Mais on découvre derrière des athlètes des jeunes avec des enfances difficiles (deuil, abandon, drogues…) et on s’attache rapidement à certains d’entre eux. Jerry, Megan… Et on découvre le visage d’une coach dure, mais prête à tout pour les jeunes qu’elle suit, même des années après.

Les jeunes dechirent !

tik tok challenge

Finalement, ça reste des gamins joueurs, râleurs… et surtout des stars d’Instagram (comme la star de l’équipe Gabi Butler). La série montre une année dans la vie des Navarros et on a vraiment envie de suivre l’équipe de l’année suivante.

Pour lire ma chronique, c’est sur France Bleu