L'école

Quelqu’un pourrait me laisser sa place ?

IMG_1758.JPG

 

Plein de copines m’ont dit : « Le truc bien quand t’attends un bébé, c’est que tu fais plus la queue au supermarché, et que dans le métro on te laisse la place, profites-en, après on regrette cette période bénie »

 

Le truc, c’est qu’il faut se lancer. Et demander. Parce que si on croit que ça va nous tomber tout cuit dans le bec, AH AH AH AH AH AH AH AH (pardon, je craque), on rêve. Et là, je commence à comprendre pourquoi, les fois où je laissais ma place à une femme enceinte dans le métro, elle me regardait toute étonnée genre « Ça ne m’arrive jamais » la larme au coin de l’oeil. Car en effet, ça n’arrive jamais.

 

Par exemple, dans le métro :

** Au début, jusqu’au 4 /5 ème mois, j’avoue que j’osais pas demander. Déjà parce que ça se voyait pas, et puis parce que je me sentais bien (ce qui est quand même LE grand leurre de la grossesse), et qu’en général, je finissais toujours pas trouver une place.

 

** Quand ça a commencé à se voir, je pensais naïvement que les gens ne verraient que ça et se lèveraient spontanément, le sourire aimable aux lèvres, plein d’attention. Que nenni. Déjà personne te regarde dans le métro. Où plutôt tout le monde fait semblant de ne pas te voir, parce que merde, ils l’ont gagné leur place ! Je me mettais pourtant debout au milieu des sièges réservés, bide bien dégagé, et pleine de désinvolture. Inutile de dire que ça ne marchait pas.

 

** Du coup je me suis fait violence. Je me suis forcée à demander. Mais j’ai commencé par des cibles faibles (ma lâcheté est à toute épreuve), j’ai nommé les enfants & les ados. Après tout en pleine croissance, au top de leur forme, ils peuvent bien me laisser leur place 🙂 ce qu’en général ils font assez simplement. Voire même avec le sourire. Merci les jeunes. Quand il n’y a pas de jeunes dans le coin (ça arrive), je cible ensuite les gens debout appuyés contre un strapontin. « Si vous ne vous en servez pas….je peux m’assoir ? » Important, ne pas oublier la main sur le ventre ! En dernier recours, je finis par demander, sans assurance qu’il y en a bien un qui se levra. Parfois cependant, il arrive qu’on aie des surprises. Par exemple, l’autre jour je monte dans le métro, et un mec me dit, d’une voix forte et un peu scandalisée : « Et vous ne demandez pas à vous asseoir ? » C’est con, je me suis sentie jugée ! Et puis un peu fière parce que je me suis dit : ça y’est, je suis une vraie maman en puissance, je ressens le syndrôme « bouhouh je suis déjà une mauvaise mère ».

 

** Enfin, dernière astuce de lâche femme enceinte qui n’ose pas demander une place tellement elle se dégonfle : le badge (voir photo). C’est l’homme qui a insisté pour que je le mette, le faisant même envoyer d’Angleterre par ma soeur. Je ne voulais pas le mettre, je trouve à kitch. Mais au final, ça attire le regard des gens. Certes, ça ne les fait pas se lever direct, mais au moins, en période de pointe, quand tu es la seule assise sur ton strapontin,et que tous te regardent genre « tu viens de tuer un panier entier de petits chats », ton badge peut te sauver la vie.

 

Conseil du jour : entraîne-toi devant la glace à demander une place aux gens tant que tu peux, pour que ça devienne naturel… Ou achète toi un peu de courage (j’ai toujours pas trouvé le bon magasin pour ça, mais je vous tiens au courant).

 

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Femin'elles 10 avril 2012 at 20 h 29 min

    Plusieurs fois j’ai dû formuler, bidon en avant,  cette phrase’ excusez moi vous êtes prioritaire?’ La plupart du temps c’etait ‘ non’ , (Ok bon tu dégages alors et tu me laisses passer !)

    C’est tellement rare qu’aux caisses prioritaires on nous laisse passer sans demander , et les caissieres aussi j’en ai peu croisées qui me laissez passer devant quand elles voyaient mon bide

    • Reply Audrey 11 avril 2012 at 11 h 32 min

      malheureusement… mais bon, on est des guerrières !

    Leave a Reply