Food

Les rousses comptent pas pour des pruneaux

Les rousses comptent pas pour des pruneaux

Il y a deux semaines, j'étais invitée à une Battle Culinaire spéciale Pruneaux d'Agen. J'étais contente parce qu'en général, c'est plutôt les blogueurs culinaires qu'on invite à ce genre d'event. Et j'adore cuisiner !

Le rendez-vous était à l'Annexe Kangourou (dans le 10eme) et on était une joyeuse bande :

> 123 Gourmandises – Anissa

> Cuisine et Dépendance – Lorence

> Douce Cuisine dans les Nuages – Brigitte

> Gazelle à Paris – Rizlane

> La Cuisine d'Anne Hélène – Anne Hélène

> Le Petit Monde de Natieak – Nathalie

> Par Faim d'Aromes – Chloé

> Sugar'n'Salé – Nicolas

LA BATTLE MODE D'EMPLOI

On a été dispatché par binôme, et mis devant le matos préparé pour nous. Top chef n'avait rien à nous envier !

Je me suis retrouvée avec Jacques, le président du BIP (bip !) le Bureau national Interprofessionnel du Pruneau (et oui !), un bon vivant, passionné par son métier, chérissant son produit. Une belle rencontre !

Les rousses comptent pas pour des pruneaux
Les rousses comptent pas pour des pruneaux

On nous a fait déguster un délicieux fondant aux pruneaux. 

mioum

mioum

Et on nous a expliqué le challenge : créer un dessert à base de pruneaux, à partir d’un panier imposé. Avec un super lot à la clé : une semaine dans le Lot et Garonne. #pression

1h30 de cuisine dont 5 minutes de dressage chacun dans son coin pour se démarquer de son binôme. 

J’ai levé la main : « Moi je ne connais aucune recette par coeur ! »

Vu la tête des autres, je n’étais pas la seule :p

On nous a rassuré : la Chef de l’Annexe Céline De Sousa, qui serait aussi notre juge, nous aiderait au cours de l’heure de patisserie en nous donnant les recettes de base.

Là on a eu le droit de regarder le panier.

  

Les rousses comptent pas pour des pruneaux

Du beurre, des oeufs, des pruneaux, des prunes fraîches et du miel. Chaque aliment devant etre représenté dans notre plat. Dans la cuisine à côté, les autres basiques à dispo (lait, farine…).

J’ai regardé Jacques. Il était mort de rire. Je lui ai demandé s’il avait une idée. Il m’a dit : « Je vous fais confiance pour la recette, je serai votre commis. »

Ben vla.

Alors j’ai fait comme dit Cyril Lignac : j’ai cuisiné ce que j’aimerais manger. 

J’ai pensé de suite à un clafoutis. J’adore ça. J’ai proposé de rotir les prunes au miel. Et de faire une chantilly au pruneau. Là Jacques m’a fait comprendre qu’on allait se galérer avec la chantilly. J’ai dit : on a qu’à rotir les bouts de pruneaux et ca fera l’affaire dans la chantilly. Il a dit Banco.

On a demandé à la chef la recette du clafoutis.

 

Recette du clafoutis

  • 2 oeufs
  • 50 g de sucre
  • 25g de farine
  • 10 cl de crème liquide

(à la maison je mets tout le temps du lait moi !!)

 

On a mis des pruneaux découpés par mon cher binome en tranches au fond d’un petit plat rond, verser la préparation à clafoutis dessus, et hop au four à 180°C pendant 12 minutes.

Et puis on a fait rôtir les prunes avé le miel.

 

Les rousses comptent pas pour des pruneaux

Dans la cuisine ca s’activait. Et ca sentait fort bon. Forcément , je lorgnais sur les autres plats, et j’en voyais faire des crèmes anglaises, d’autres des crumbles, d’autres des glaces.. Me demandais sérieusement si on avait pas prévu trop light niveau recette. Jacques m’a dit « La simplicité vaincra ». Certes. D’autant qu’en attaquant mes pruneaux pour les griller, il restait trop de miel dans la casserole, ca a commencé à faire une mixture maronnâtre toute bizarre, j’ai senti le vent tourner. :p

Mais j’ai eu un réflexe pas idiot. Me dire : « Tiens ca peut faire une sorte de caramel de pruneaux. Si je le mets au frigo, apres je le concasse, ca fera un élement gourmang-craquang dessus. »

J’ai pas l’air hein comme ca.

Après, c’est là que Jacques a eu un rôle déterminant. On a fait la chantilly. Devant le Kitchen Aid (que j’en veux un trop comme ça chez moi) il me dit : « Ca ferait pas trop sucré la chantilly ? On fera pas juste une crème fouettée ? » Là je me suis dit, faut écouter quand il me propose un truc, c’est le président du BIP quand même. Cette fois c’est moi qui ai dit banco.

On a sorti le caramel du frigo et on a bien galéré à le décoller du pot en verre où je l’avais mis (pffff). on a craquelé et mis sur la crème fouettée.

 

Alors on a dressé. #tatinnnnnn

Les rousses comptent pas pour des pruneaux

J’étais un peu fière quand même. Et la chef a tout gouté. Ca a duré un bon moment. Je commençais a etre un peu pompette (y’avait du très bon vin blanc et il faisait bien chaud la dedans).

 

Les rousses comptent pas pour des pruneaux

CROYEZ LE OU PAS : c’est moi qui ai gagné ! Et vous savez ce qu’elle a dit : « j’ai choisi ce dessert en partie parce qu’il n’était pas trop sucré ». Merci qui ? merci Jacques ! Je pars en vacaaaannnceeesss dans le Lot et Garonne #lalalère

 

ASTUCE DU CHEF 

Ajouter un peu de prunes crues à côté aurait fini d'achever ce dessert plutôt abouti.

Alors, une blogueuse maman ca peut la péter aussi en cuisine ou pas ?

PS : on a été encore gâtées en partant, avec un sac rempli de produits du Lot et Garonne. J’ai découvert les pruneaux avec une couche de chocolat autour : c’est de la bombe bébé ! 

Les rousses comptent pas pour des pruneaux

et comme vous êtes gentils d’avoir lu jusqu’au bout, voici la recette du fameaux fondant au pruneaux :

Les rousses comptent pas pour des pruneaux
Les rousses comptent pas pour des pruneaux
Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply