http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://2.bp.blogspot.com/_x36hFu0zJOE/SIjjm__szUI/AAAAAAAAAMY/fuNMfekPOoE/s400/P1050946b.JPG&sa=X&ei=A97xT7WyLZSX0QW3sLD_DQ&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNEENKcTjeInwaqp5Erp9XMdEXzu1g

On m’avait pourtant prévenue : « Tu verras quand tu auras un enfant, tu vas t’enticher de lui, et surtout d’une force incroyable ! »

 

Je m’y attendais donc mais tant que tu ne l’as pas expérimenté toi-même, tu ne peux pas te rendre compte de la puissance de cet amour si particulier. Quand j’ai tenu la crevette dans les bras pour la première fois, ça m’a fait quelque chose (je ne peux pas dire le contraire) mais je n’en étais pas encore au stade d’aujourd’hui. La première journée, allongée dans mon lit d’hôpital, son petit berceau à mes côtés, tournée vers elle, je la regardais, ne réalisant toujours pas que ce petit être était dans mon ventre quelques heures auparavant. Que c’était nous qui l’avions faite, avec son petit nez en trompette, et que maintenant, il allait falloir s’occuper d’elle. 

 

Depuis, jour après jour, on apprend à la connaître, on la voit changer, on se dope à l’odeur de son petit crâne, on joue avec ses doigts tous fins, longs, s’extasiant devant tout ce qu’elle peut faire (cf la note “En mode #emerveillement”). Bref, on en croquerait.  

 

Quand je vois l’homme regarder la crevette, je sais que je ne suis pas la seule : on est tombé en amour de notre fille. Au point de soupirer longuement avec passion en la regardant dormir, ou manger. D’avoir une larme de désespoir de ne rien pouvoir faire quand elle se tord de douleur avec ses maux de ventres et autres coliques. De lui chuchoter mille promesses et mots d’amour au creux de l’oreille. De fredonner des chansons inavouables pour l’endormir (parfois, on ne sait pas pourquoi telle ou telle chanson s’impose à nous 😉 ou la calmer. Et de lui dire surtout, toujours et encore, combien on l’aime. Qu’elle ne se fasse pas de souci. Papa et maman sont là.

 

Tout s’est fait si naturellement, s’est imposé à nous. Et finalement, ça tombe bien : parce qu’on sait pertinement que c’est une (belle) aventure qui va durer toute une vie !

 

Conseil du jour : profiter de chaque moment, car les mininous ont tendance à évoluer très très vite. Déjà, là, quand on regarde son petit visage, on se rend compte à quel point elle a changé en trois semaines !