Le retour des crises

Depuis une semaine, c'est reparti de plus belle. Jusqu'à présent, ça n'arrivait qu'en cas de grosse fatigue. Aujourd'hui, ce sont des crises à répétition. Une par jour. A Noël, on se disait qu'on était en famille, pas chez nous, qu'il y avait beaucoup de monde, de bruit, de changements… Mais maintenant on est rentrés.

Alors Crevette s'affirme. Dit non. Certes.

Mais Crevette hurle, te regarde dans les yeux en poussant des cris stridents. Crevette tape. Crevette jette les objets de rage. Bref, Crevette ne sait pas gérer sa frustration.

Sur le papier, normal, c'est de son âge, c'est une phase. On passe tous pour la (normalement… hein ??). Sur le papier. Donc. Car en vrai, en tant que parent, je me sens dépassée.

Avec l'homme, on essaie beaucoup de choses, et en priorité de rester calme. De garder une voix posée.

« Je comprends ma chérie que tu sois en colère, que ça t'énerve / que tu veuilles ça / …. mais ça ne marche pas comme »

On essaie de poser les interdits :

  • ne pas taper Papa ou Maman
  • ne pas donner des ordres à Papa ou Maman
  • ne pas lancer les objets
  • ne pas hurler

Essayer de lui faire comprendre que ce n'est pas en faisant une crise qu'elle aura ce qu'elle veut.

Quand la phase "on essaie de communiquer, de se comprendre" ne suffit pas, la seule solution efficace (pour le moment) qu'on aie trouvé, c'est de l'isoler dans sa chambre. On lui dit "tu ne reviens que quand tu es calme". Parfois je dis "tu es punie", je ne sais pas si c'est bien. Mais pour l'instant, elle finit toujours pas se calmer et revenir vers nous. Pour faire un câlin. Ou faire ce qu'elle ne voulait pas faire avant la crise parfois (manger, mettre son manteau…).

J'avoue, en ce moment, je craque un peu. Il m'est arrivé deux fois de me mettre à pleurer devant elle. D'épuisement. De désoeuvrement. Comment gérer ce petit bout de deux ans et demi qui hurle. Comment rester toujours calme ? Comment ne pas péter les plombs et crier aussi, parfois. Et le regretter aussitôt. Quand l'homme est là, et qu'on sent que l'autre est sur le point de craquer, on prend le relais.

Mais quand je suis seule avec ma fille le matin, que tout se passe comme un charme jusqu'au moment de partir, et que c'est là qu'elle décide qu'elle veut rester à la maison, me faisant systématiquement arriver en retard au boulot, un moment, je ne sais plus. Je cherche la bonne clé. Ce soir, je tente de lui en parler. Si ca marche, je vous raconterai.

(A lire l'article hyper intéressant de Naitre et Grandir)