J'ai testé, Sorties Kid Friendly

On a testé le goûter concert #lapochettemusicale

Comme je t’en avais parlé ici, on est allé en famille voir un goûter concert sur le thème KODALY & COOKIES. Je te raconte ! 

 

LE CONCERT

Un samedi de mars, à 16h, on débarque vers Trinité (Paris) au centre d’animation Tour des Dames. Déjà on a pu découvrir ce lieu associatif très intéressant, avec un mur d’escalade. Crevette, décontractée du slip : « On fait ça après le concert ? » 

Mais bien sûr.

Un super accueil par la team de La pochette musical plus tard, on a pu découvrir une très chouette salle de concert… remplie de kids dans les gradins ! Crevette était super excitée par l’évènement. Assez rapidement sont arrivés sur scène les deux musiciens, Cyril Garac au violon et Bertrand Malmasson au violoncelle.

pochette musicale & contes

 

Accompagnés par deux lecteurs. Car, et toute l’originalité du concept était là, je trouve, entre deux mouvements (en tous 4 ont été joué pendant ces 45 minutes), les enfants avaient le droit d’écouter des contes, issus de la culture hongroise, dont est issu le compositeur Kodaly. Au programme Le berger aux yeux d’étoiles, Mon mari sait ce qu’il fait, la grenouille et et le corbeau et l’Invincible. 4 histoires qui ont beaucoup plu à Crevette. Une très belle idée, d’autant que concentrer un public d’enfants n’est pas chose aisée, toi-même tu sais ! 

Côté musique, j’ai trouvé le choix de Kodaly plutôt ambitieux pour un concert à l’attention de petits. Une musique très mélancolique, aux accents tziganes. 4 mouvements donc :

  • Allegro serioso, non troppo
  • Adagio
  • Maestoso e largamente, ma non troppo lento
  • Presto

 

 

Concert Kodaly & cookies Avec @la_pochette_musicale 🎼🎻

Une publication partagée par mlle_a (@mlle_a) le

 

Crevette a parfois eu du mal à se laisser porter par la musique, aux accents parfois un peu baroques : elle n’arrêtait pas de demander si le violon et le violoncelle se disputaient. D’autant que les musiciens, très concentrés sur la musique, faisaient beaucoup de mimiques qui l’ont décontenancée ! 

J’ai essayé, pour l’aider à mieux écouter de transposer les histoires racontées sur la musique, mais ça ne collait pas. Bref, elle a tout de même beaucoup aimé cette nouvelle expérience ! Premier concert classique : Check !

 

LE GOÛTER 

Après le concert nous attendait une table avec de nombreux cookies, de l’eau et des smarties. Autant te dire tout de suite que Crevette (qui adore pourtant les cookies) a surtout apprécié les bonbons chocolat, et m’a refourgué son cookie. Bon à sa décharge, ils étaient un peu secs, mais pour tout te dire, on ne venait pas vraiment pour les cookies 🙂

 

3 Questions à Mathilde, co-créatrice de la Pochette Musicale

J’avais envie d’en savoir plus sur le projet, alors, et ça c’est un truc que j’aime faire via le blog, et bien j’ai juste demandé 🙂

 

1) D’où vous est venue l’envie de partager la musique classique avec les plus jeunes ? 

La Pochette Musicale, imaginée par Flore et moi-même, est au départ un groupe d’amis qui partagent une passion commune pour la musique. Les années ont passé, les enfants sont nés et l’envie d’aller au concert ensemble est venue.

Alors, avec cette tribu composée au fil du temps, on a pris l’habitude d’attraper poussettes et sacs à langer, d’embarquer la voisine et le correspondant allemand, et de se retrouver pour partager ce que ce que l’on aime viscéralement : la musique inspirée et ciselée, celle qui invite tantôt à l’introspection, tantôt à la danse… celle qui exprime des émotions plus fortement que les mots ne sauraient le faire.

Très vite, nous avons constaté que nombreuses étaient les familles à rechercher les mêmes choses que nous et à rencontrer les mêmes obstacles : salles trop grandes, concerts trop longs, programmes trop denses… Et puis les papas en avaient assez de passer la deuxième moitié du concert à jouer à Star Wars en attendant les mamans. C’est dans cet esprit familial qu’a germé l’idée de la Pochette musicale : proposer des concerts auxquels nous avons envie d’aller avec nos enfants.

Et puis c’est un constat aussi… Quand on est parent, on s’en rend très vite compte : sans une volonté de la famille, un enfant, quel que soit son milieu social, peut traverser les années scolaires sans une véritable approche de la musique classique. Avec en plus l’idée latente qu’elle serait réservée à de vieilles personnes très ennuyeuses.

Et pourtant, on constate avec toujours autant d’étonnement le décalage entre le désert culturel dans lequel beaucoup d’enfants grandissent et l’émerveillement toujours intact qu’ils ressentent lorsqu’ils sont mis au contact avec l’art, le vrai, le ressenti, celui qui est de chair et de larmes, qui est transmis du fond du cœur, du fond des tripes, celui qui peut être si joyeux mais qui n’est pas que joli, celui qui parle à l’âme.

C’est une évidence en regardant nos petits danser sur les danses roumaines de Bartok, les airs de Vivaldi ou de Steve Reich ! Quelle jubilation ! Quelle chance !

Ressentir chaque jour cette évidence. Et ne pas trouver facilement comment faire. Une évidence en voyant les enfants à leur instrument de musique mobiliser toutes leurs facultés. Concentration maximale, conscience du corps, déploiement des capacités d’abstraction : la mémoire, l’écoute, la sensibilité se développent…

La notion d’être singulier tout en faisant partie d’un ensemble, l’acceptation de la régularité, la patience d’un résultat qui arrive petit à petit… On le sait, toutes les dernières recherches en neuroscience le prouvent chaque jour, les journaux US n’ont de cesse de relayer les bienfaits et l’importance de la musique classique.

Étonnamment, nous délaissons notre propre culture alors même qu’elle est devenue un patrimoine international. En Asie, à Dubai où se construit un opéra, en Amérique du Sud, dans les autres pays d’Europe, partout la musique classique est enseignée, appréciée, « parlée » c’est-à-dire pratiquée, comprise… 

La musique classique est un langage international fort. Comment ne pas donner à nos enfants les clés pour l’apprécier?

2) Comment se passe la programmation ? Où prenez-vous vos idées ? 

La programmation est le résultat d’une concertation entre tous, au gré des coups de cœurs et des rencontres que j’ai à coeur de coordonner. Mon rôle est de trouver l’équilibre idéal du programme afin de ne pas proposer toujours le même répertoire, proposer des œuvres accessibles et d’autres plus rares. 

Le ciment de la Pochette Musicale, c’est son équipe soudée et chaleureuse. La Pochette, c’est une équipe d’artistes qui partage une vraie passion pour la pédagogie. Beaucoup d’entre eux enseignent depuis de nombreuses années, du 8ème arrondissement de Paris à Fresnes, de Neuilly-sur Seine à la Courneuve. Une équipe habituée à rencontrer des enfants issus de tous milieux, des enfants qui arrivent en pensant que Beethoven est un chien et Chostakovitch un joueur de tennis, et qui repartent quelques années après plus cultivés et certainement plus heureux.

Beaucoup d’envies et de projets restent encore à développer…Des apéros musicaux pour les parents, des cafés pédagogiques pour ouvrir de nouvelles perspectives, avec des enseignants, des chercheurs… des ateliers, un blog, des publications, un cycle de conférences en gestation… 

 

3) Est-ce compliqué de convaincre les musiciens de participer à ces évènements ? 

Non car beaucoup d’artistes tombent amoureux du projet et sont heureux de se produire devant un public aussi vivant et enthousiaste, prêt à découvrir, sans à priori les merveilles du répertoire.

 

PROCHAIN RDV : Bach to back – infos et inscription à contact.smop@gmail.com.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply