L'école

La petite journée

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.baby.be/fr/local/cache-vignettes/L250xH250/iStock_000004150671XSmall-5-cd48f.jpg&sa=X&ei=MVqqUOWGEcXH0QW8xIHoAg&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNFeZh7fZZmigIxAf01qCgmawnHSpg

 

Bon je vous parlais de la semaine d’adaptation, limite fingers in the nose, la semaine dernière. Juste j’avais pas attendu le dernier jour. Le jour fatal de la première « petite journée ». Celle du 10h-16h (une éternité déjà).

Déjà, en arrivant chez Nadia, la « nounou » (assistante maternelle c’est trop long pour une feignasse comme moi), j’étais assez fière parce que j’avais pensé à tout… à tout sauf au biberon. Parce que Nadia, elle n’a pas de biberon. Bref, il a fallu que je fasse un aller-retour. Déjà que ce n’est pas facile de laisser son enfant, mais en plus s’il faut que je le fasse deux fois en une heure, c’est un peu lourdingue.

Je repars donc chez moi et reviens, juste au moment où ils sortent tous de l’ascenceur (Nounou, la petite qui est gardée la-bas et ma pucette) et là, qu’est-ce que j’entends : Crevette qui hurle. Mais pour de vrai, à plein poumons. J’accours, elle a de grosses larmes dans les yeux, juste parce que la miss ne supporte pas d’être dans une poussette à l’arrêt. Dès que la posusette est repartie, elle s’est calmée aussitôt. Après ça, vas-y, rentre chez toi mère sans coeur. Je dois bien vous avouer que le fait de l’avoir entendu pleurer comme ça, ça m’a brisé le coeur. J’étais en larmes en rentrant chez moi. La nounou a dû voir que j’étais bouleversée, quand on s’est quittés elle m’a dit « Surtout, appelez moi quand vous voulez ». Fallait pas me dire ça !

 

13h. Coup de fil. Sincèrement, je m’étais calmée, et je pensais être rassurée par l’appel. Non. V’là pas qu’elle me dit qu’au parc, Crevette a bien dormi, qu’en rentrant elle a fait des sourires dans le transat à tout le monde, mais alors qu’au moment de manger, rebelotte, gros hurlement. La big colère, avec refus tout net d’ingurgiter quoi que ce soit. « Mais je reéesssaie quand ça sera plus calme ». Alors moi, je précise « Bien sûr si ça ne marche pas, vous m’appelez je viendrai la chercher ». « Oui d’accord ».

 

15h30. Je n’y tiens plus, je file chez la nounou voir ma prunelle. Qui se réveille tout juste d’une longue sieste… Nadia a ma fille dans les bras, le biberon dans une main… et la crevette n’a toujours rien mangé. Refus complet. Je commence à m’inquièter : et si elle était malade ? (il faut dire que je me suis tapé une belle gastro ce WE). Je m’assois, lui tend le biberon qu’elle avale sans ciller. La nounou fait une tête de dix pieds de long. « Mais alors ça veut dire qu’elle ne veut pas manger AVEC MOI ! » Je vois bien que ça lui fait du mal cette idée. Limite j’ai mal au coeur pour elle. « C’est la première fois qu’un bébé que je garde refuse de manger. J’allais vous appeler. » Donc là, je lui ai passé poussinette qui a fini bien volontiers le biberon dans ses bras. Parce que j’étais à côté. On lui a alors expliqué qu’elle avait le droit de manger quand maman n’est pas là, que Nadia, elle sait très bien donner à manger et tout et tout… Est-ce que le message est passé ? On saura assez vite ! 

Bref, la coquine, elle ne veut manger qu’avec maman ou papa. Il va bien falloir qu’elle s’y fasse ! demain sera un autre jour mais en attendant, ma fille n’a pas manger de 9h30 à 15h30 et ça, ça m’a pas mise en joie.

 

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply kanddye 19 novembre 2012 at 21 h 00 min

    Aïe ! J’espère que ça ira mieux le reste de la semaine ! Bon courage 🙂

    • Reply Olive 22 novembre 2012 at 19 h 28 min

      ca s’est vite arrangé ouf ! merci en tout cas 

  • Reply Zette 19 novembre 2012 at 22 h 42 min

    Bon, je sais pas si ça peut aider, mais je me souviens qu’un de mes 3 a passé une période un peu similaire. Rien à faire, il ne voulait pas manger avec quelqu’un d’autre que moi, bib ou solide.
    Il fallait que je sois là.

    Et puis j’en ai parlé au doc. Un doc de l’ancienne école. Qui m’a dit « quand il aura faim, vous ou pas, il mangera. »

    Un peu surprise de sa réaction et je me demande si en fait, le doc n’a pas cherché à me déstresser, ce qui pouvait être la cause de son refus de manger.

    Et bé ça a marché.

    Au bout de 10 jours, peu importe ma présence ou mon absence, il s’est mis à manger.

    (bien sûr, pendant ces 10 jours, il a mangé hein, mais au moindre refus, on n’insistait pas)

    • Reply Olive 22 novembre 2012 at 19 h 28 min

      Bon ben nous au final on a eu du bol, ca a meme pas duré deux jours… :))

  • Reply Loupy 20 novembre 2012 at 14 h 12 min

    Alors comme ça je fais « vieille routarde » hein ? ^^ Je me dis en lisant ton billet qu’heureusement je ne vois pas MissChoup’ pleurer chez la nounou, ça me briserait le coeur !!

    • Reply Olive 22 novembre 2012 at 19 h 28 min

      ;)))

    Leave a Reply