L'école

Le retour des crises

Le retour des crises

Depuis une semaine, c'est reparti de plus belle. Jusqu'à présent, ça n'arrivait qu'en cas de grosse fatigue. Aujourd'hui, ce sont des crises à répétition. Une par jour. A Noël, on se disait qu'on était en famille, pas chez nous, qu'il y avait beaucoup de monde, de bruit, de changements… Mais maintenant on est rentrés.

Alors Crevette s'affirme. Dit non. Certes.

Mais Crevette hurle, te regarde dans les yeux en poussant des cris stridents. Crevette tape. Crevette jette les objets de rage. Bref, Crevette ne sait pas gérer sa frustration.

Sur le papier, normal, c'est de son âge, c'est une phase. On passe tous pour la (normalement… hein ??). Sur le papier. Donc. Car en vrai, en tant que parent, je me sens dépassée.

Avec l'homme, on essaie beaucoup de choses, et en priorité de rester calme. De garder une voix posée.

« Je comprends ma chérie que tu sois en colère, que ça t'énerve / que tu veuilles ça / …. mais ça ne marche pas comme »

On essaie de poser les interdits :

  • ne pas taper Papa ou Maman
  • ne pas donner des ordres à Papa ou Maman
  • ne pas lancer les objets
  • ne pas hurler

Essayer de lui faire comprendre que ce n'est pas en faisant une crise qu'elle aura ce qu'elle veut.

Quand la phase "on essaie de communiquer, de se comprendre" ne suffit pas, la seule solution efficace (pour le moment) qu'on aie trouvé, c'est de l'isoler dans sa chambre. On lui dit "tu ne reviens que quand tu es calme". Parfois je dis "tu es punie", je ne sais pas si c'est bien. Mais pour l'instant, elle finit toujours pas se calmer et revenir vers nous. Pour faire un câlin. Ou faire ce qu'elle ne voulait pas faire avant la crise parfois (manger, mettre son manteau…).

J'avoue, en ce moment, je craque un peu. Il m'est arrivé deux fois de me mettre à pleurer devant elle. D'épuisement. De désoeuvrement. Comment gérer ce petit bout de deux ans et demi qui hurle. Comment rester toujours calme ? Comment ne pas péter les plombs et crier aussi, parfois. Et le regretter aussitôt. Quand l'homme est là, et qu'on sent que l'autre est sur le point de craquer, on prend le relais.

Mais quand je suis seule avec ma fille le matin, que tout se passe comme un charme jusqu'au moment de partir, et que c'est là qu'elle décide qu'elle veut rester à la maison, me faisant systématiquement arriver en retard au boulot, un moment, je ne sais plus. Je cherche la bonne clé. Ce soir, je tente de lui en parler. Si ca marche, je vous raconterai.

(A lire l'article hyper intéressant de Naitre et Grandir)

Previous Post Next Post

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply Petite-Mam 30 décembre 2014 at 13 h 56 min

    Aie, ici on est en pleins dedans aussi.. && depuis que la grande est en vacance ça devenait n’importe quoi !!! Les filles n’obéissaient plus, répondent, cris, se battent, salissent, retournent la maison, etc… j’ai fini par en avoir RAS LE BOL et depuis hier j’y vais à la méthode Super Nanny, crois moi ça marche bien !

  • Reply Olive 30 décembre 2014 at 14 h 09 min

    c’est quoi cette méthode ????

    • Reply Petite-Mam 30 décembre 2014 at 15 h 06 min

      Je les mets au coin chaque fois que ça déborde, et je ne m’en occupe pas le temps qu’elles se calme.. Plus de tétine la journée, parce que depuis quelques temps la tétine est sans cesse dans la bouche, et je ne cède surtout plus A RIEN !! La puce qui se lève la nuit, bah je ferme la porte à clé le temps de 5 minutes, elle finit par se recoucher (bon cette nuit ça a duré 1h .. chaque fois elle se relevé) mais on ne veut plus qu’elle vienne dans notre lit.. && à table, pas de dessert si elles ne mangent pas un minimum..

    • Reply Olive 30 décembre 2014 at 15 h 51 min

      ce qui me rassure, c’est que c’est exactement la meme chose ici (tetine, relevée le soir, venir dans notre lit la nuit)… C’est fou…

  • Reply Suzanne 30 décembre 2014 at 14 h 39 min

    Comme je te comprends : Miss Bouclette a un caractère plus fort que sa soeur et en ce moment elle est en plein dans sa phase "Non" et elle peut nous piquer de ces crises ! Du coup comme toi je la punis dans sa chambre le temps qu’elle se calme ! Mais c’est usant à force. Quand elle veut rester à la maison quand il est l’heure de partir, je lui dis Ok tu n’as qu’à rester à la maison, on part sans toi et là elle se met à pleurer et accepte de partir lol. Mais bon, c’est pas dit que ça marche à tous les coups, à voir 😉 Bon courage en tout cas ! Bises

  • Reply Debymagazine 30 décembre 2014 at 15 h 02 min

    Et bien c’est impossible.

    Je craque, je hurle, je pète les plombs je me vois en train de lui en retourner une dans sa tête pour qu’elle arrête sa PUTAIN de crise mais bien sur je ne le fais pas.

    Ce qui compte c’est qu’on l’aime et que l’on ne sera jamais parfait et l’accepter 🙂

    • Reply Olive 30 décembre 2014 at 15 h 52 min

      ahlala, c’est vrai que je ne suis pas pour la fessée du tout, mais des fois , je me retiens… c’est terrible d’en arriver à ces limites la, mais comme tu dis, on n’est pas parfait 🙂 et tant qu’on les dépasse pas ces foutues limites…

  • Reply Laponico 30 décembre 2014 at 15 h 16 min

    Nous on lui dit de taper dans un coussin, et ça marche plutôt bien…crier on nous a dit de les laisser faire, limite de le pousser à crier plus fort, généralement il stoppe direct !

    • Reply Olive 30 décembre 2014 at 15 h 52 min

      ah c’est pas con ca !!!

    • Reply Maïna 30 décembre 2014 at 19 h 11 min

      J’ai une copine qui mettait ses enfants au coin, ça marchait super bien. A regarder le mur, on s’ennuie vite.

  • Reply aude 30 décembre 2014 at 21 h 46 min

    pas simple cette période!
    on se remet en question, on n’essaie également de ne pas hurler! mais on est que des parents!
    le coin fonctionne bien aussi chez nous suivi du "pardon, maman"!!!

  • Reply Seniors en Vadrouille 31 décembre 2014 at 19 h 01 min

    J’adore. je replonge grâce à vous dans les souvenirs, dans le "ça va passer" en serrant les dents. j’ai toujours considéré que tous les deux ans arrivait une nouvelle crise. Pas de crainte pour la perte d’amour de son petit bout. Etre parent n’est pas évident, rester ferme pour eux est une nécessité. courage. Il y a tant de bons moments à vivre. (sinon, pensez aux grands-parents pour souffler un peu).

  • Leave a Reply